28 juin 2017
ALIOCHA : DEUX SOIRS DANS LE CADRE DU FESTIVAL DE JAZZ DE MONTRÉAL!

Aliocha sera en spectacle le 29 et 30 juin prochain au Savoy du Métropolis. Il y présentera les chansons de son nouvel album Eleven Songs qui remporte d’ailleurs un beau succès critique des deux côtés de l’Atlantique.

« un premier disque complet fait d’un folk-rock anglophone qui puise dans des textures qui ont fait leurs preuves »  – Le Devoir

« des chansons pleines de ferveur, très bien construites »  – ICI Musique

« le musicien séduit avec la force de ses mélodies et une présence bien affirmée derrière le micro »  – Le Soleil

« Un tremplin qui pourrait propulser le jeune artiste de 23 ans bien loin »  – Échos Vedettes

« Songwriter flamboyant »  – Les InRocks

« Certainement un potentiel à l’international »  – Olivier Robillard-Laveaux, On dira ce qu’on voudra

« Entre classe british et americana brute »  – Grazia

« Jeune virtuose de la scène folk-pop »  – Numéro

« Tout sauf un énième songwriter folk »  – 20 minutes

« On a tous craqué pour Aliocha »  – Valli – France Inter

« Charme magnétique »  – Konbini

« À couper le souffle »  – Le Parisien

« #1 »  – Les Choix 7 Jours

« tu nous a fait tomber sous ton charme »  – Salut Bonjour Week-end

« Eleven Songs démontre qu’il a bien raison de se concentrer à la musique »  – Puisqu’il faut se lever, 98,5

Aliocha poursuivra sa tournée au Québec cet automne. Plusieurs arrêts sont prévus dont Laval, Sherbrooke et Gatineau en tête d’affiche ainsi que quelques soirs en plateau double avec Gabrielle Shonk. Consultez toutes les dates de spectacles au aliocha.net !

EN SPECTACLE 29 ET 30 JUIN
SAVOY DU MÉTROPOLIS – 19h
lors du Festival International de Jazz de Montréal
billets en vente maintenant !



02 juin 2017
ALIOCHA PRÉSENTE ELEVEN SONGS

EN SPECTACLE 29 ET 30 JUIN AU SAVOY DU MÉTROPOLIS
lors du Festival International de Jazz de Montréal


"Imperfection is in some sort essential to all that we know of life. […] in all things that live there are certain irregularities and deficiencies which are not only signs of life, but sources of beauty." Si un siècle ne les séparait pas, Aliocha et l’auteur de ces lignes, John Ruskin, parleraient d’une même voix. Puisque c’est bien de cette humanité génératrice de beauté dont Aliocha se réclame. Celle-là même qui jaillit des titres de Bob Dylan et d’Eliott Smith, de Lennon et de Nick Drake; une audible et poignante imperfection qui en a fait, jeune, un autodidacte fuyant la froideur du standard, le faux brillant du normalisé.

Entre Paris, Montréal et Los Angeles, l’auteur-compositeur-interprète se profile, émerge. Obsédé par l’invention d’un verbe qui serait sien, lorsqu’il fait la rencontre à Paris du brillant réalisateur Samy Osta (La Femme, Feu! Chatterton, Juniore), il sait qu’il se conjuguera désormais à la première personne du pluriel; la complicité est absolue.

Derrière la console vintage d’un studio de Göteborg, en Suède, puis plus tard à Paris, les deux, joints un moment par le batteur Ludwig Dahlberg (Indochine, The International Noise Conspiracy), immortaliseront les sessions dont seront tirées deux albums : un premier « extended play », Sorry Eyes, paru à l’automne 2016 — et qui a vu Aliocha joindre Le Label de PIAS en France —, puis un « long play », Eleven Songs, disponible au Canada et en Europe le 2 juin 2017.

D’un magnétisme particulier, l’Eleven Songs d’Aliocha est fait d’un folk hors du temps, entre la désinvolture sensible des sixties et l’angoisse douce de la modernité; d’une pop à la fois d’hier et d’aujourd’hui, belle et imparfaite, tramée des mots images d’une jeune vingtaine naïve et emportée. Sur ses onze pistes, on croise successivement ballade électrifiée, refrain rebelle, mélodie psychédélique et chanson brute et sobre. Un monde musical absorbant où s’élève une voix d’une sincérité rare et qui se déploie dans des arrangements de cordes et d’électroniques subtils et justes, découvrant une production pointue d’une éloquence indéniable.

Incarnés sur scène par de jeunes hommes modernes, des complices adroits au charisme original — son frère Volodia Schneider, batteur, le multi-instrumentiste Christian Sean et le bassiste Tom Tartarin, — ses titres vibrent, gagnent en force et en caractère, promettant une suite à mille lieues de l’ordinaire… Ce dont ont d’ailleurs attesté les spectacles des quatre jusqu’ici, au Québec, en France, en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et en Suisse — au MaMA, à Bars en Trans, à M pour Montréal, au FMEAT, à Montréal en Lumière, à The Great Escape et aux Printemps de Bourges, notamment.

ELEVEN SONGS BY ALIOCHA
disponible dès maintenant



16 mars 2017
ALIOCHA : SARAH EN VIDÉOCLIP

Il y a un peu moins de six mois, Aliocha mettait au jour Sorry Eyes, un premier EP au magnétisme particulier. Six titres d’un folk rock aux ascendances américaines et britanniques, une pop hors du temps, belle et imparfaite, tramée des mots images d’une jeune vingtaine naïve et emportée… et qui allait le mener d’une rive à l’autre de l’Atlantique.

Un hiver de voyages, de scènes et d’amitiés nouvelles plus tard, qui l’a vu joindre Le Label de PIAS, à Paris, Aliocha réitère. Donnant suite à « The Start », langoureux récit électrifié du désir de liberté d’un homme — peut-être Aliocha lui-même — face à celle, parfaite, d’une femme émancipée, l’auteur-compositeur-interprète lance « Sarah », une deuxième pièce tirée d’Eleven Songs, son premier long jeu attendu au printemps — sous étiquette Audiogram au Canada et Le Label en Europe.

Dès les premières mesures, le titre absorbe. Sur la rythmique métallique de la guitare acoustique et celle, mate, de la batterie, Aliocha élève une voix vibrante. Le son est à la fois celui d’hier et d’aujourd’hui, quelque part entre l’immense Cold Fact de Rodriguez et l’écorché Constant Hitmaker de Kurt Vile, entre la désinvolture sensible des sixties et l’angoisse douce de la modernité.

Extraite de sessions immortalisées à Göteborg, en Suède, puis à Paris avec la complicité absolue du brillant réalisateur Samy Osta (La Femme, Feu! Chatterton, Juniore) — nourrie de l’aveu de l’auteur-compositeur-interprète par une conscience artistique aiguë de l’autre —, la pièce se déploie dans des arrangements de cordes et d’électroniques subtils et justes, découvrant une production pointue et d’une éloquence indéniable.

EN SPECTACLE
21 AVR | BOURGES (Printemps de Bourges 2017)
27 AVR | PARIS (La Maroquinerie – Pias Nite)
15 MAI | BRUXELLES (L’Orangerie – Les Nuits Botaniques)
14 OCTOBRE | SHERBROOKE (Boquébière)



06 février 2017
ALIOCHA: THE START

Avec l’extrait THE START, Aliocha annonce aujourd’hui le début d’une nouvelle aventure - la parution, le 2 juin prochain, de son premier album intitulé ELEVEN SONGS

Le jeune auteur-compositeur-interprète avait déjà suscité un grand intérêt avec la sortie de son EP - Sorry Eyes, en septembre dernier. Ce mini-album a mené à une association avec PIAS - LE LABEL, à Paris. Depuis, il épate fans et critiques des deux côtés de l’Atlantique lors de ses concerts au MaMA, aux Bars en Trans, au FME ainsi qu’à M pour Montréal, notamment.
D’ici à la sortie de ce premier long jeu, l’artiste sera sur scène en première partie de Charlotte Cardin, notamment à Montréal lors du Festival Montréal en Lumière.

« Songwriter flamboyant »  — les inRocks

« Des débuts […] probants et prometteurs »   — La Presse

« On a tous craqué pour Aliocha »  — France Inter

« Charme folk et fougue rock »  — Konbini

« Jeune virtuose »  — Numéro

« son chant minéral naturel est des plus touchants »  — La Libre

« un bagage musical très riche »   — Gravel le matin, ICI Première

« ...balance avec assurance un folk-rock rétro qui nous a plus que séduits »   — Sors-tu.ca

premier extrait The Start disponible maintenant
L’achat de l’album Eleven Songs en prévente inclut le téléchargement immédiat de la chanson The Start
iTunes // Spotify // Apple Music // Bandcamp



20 septembre 2016
ALIOCHA - DE BRILLANTS DÉBUTS EN MUSIQUE

iTunes // Spotify // Apple Music

Sorry Eyes, le premier EP d'Aliocha paru le 2 septembre dernier, a reçu des critiques élogieuses, si bien que le talent du jeune auteur-compositeur-interprète a été remarqué de l’autre coté de l’Atlantique : le mini-album paraîtra sous l’étiquette Le Label [PIAS] en Europe. Aliocha présentera également un spectacle à Paris, le 13 octobre prochain, dans le cadre du MaMA. À son retour, il entamera une tournée d’une dizaine de spectacles à travers le Québec, en première partie de Charlotte Cardin.

« Gros coup de cœur pour cet album alliant charisme et romantisme d’une façon très moderne. On ne peut qu’avoir hâte à un album complet. »
— Journal Métro

« on est impressionné par la maîtrise du jeune homme de 22 ans »
— Journal de Montréal

« un bagage musical très riche »
— Gravel le matin, ICI Première

« le jeune acteur balance avec assurance un folk-rock rétro qui nous a plus que séduits »
— Sors-tu.ca

« un premier EP tantôt mordant, d’autres fois carrément poétique et inspiré »
— VOIR

« Des débuts […] probants et prometteurs »
— La Presse

« Un album qui nous fait rêver »
— TempoMag



02 septembre 2016
ALIOCHA: PREMIER EP DISPONIBLE AUJOURD'HUI

SPECTACLES-LANCEMENT

Vendredi 2 septembre | Rouyn-Noranda (FME)
Cabaret de la dernière chance

portes 18h | prestation 19h | entrée libre !


Jeudi 8 septembre | Montréal
Fonzie
(10 Avenue des Pins, H2W 1P9)
portes 18h | prestation 19h | entrée libre !


iTunes // Spotify // Apple Music

Aliocha lance aujourd’hui son tout premier EP intitulé Sorry Eyes. Réalisé par Samy Osta (Feu! Chatterton, La Femme), ce EP comporte six pièces enregistrées en Suède à Göteborg ainsi que dans les studios d’Osta à Paris.

L’auteur-compositeur-interprète vous invite à ses deux spectacles-lancements : ce soir au FME de Rouyn-Noranda ainsi que le 8 septembre au Fonzie Montréal. Il sera aussi à Québec le 17 septembre dans le cadre du Festival Saint-Roch Expérience et le 13 octobre prochain, Aliocha aura le grand privilège de présenter un spectacle au MaMA à Paris!

Aliocha obtient le sceau d’approbation d’Apple Music et devient le « New artist of the week » sur toute la plateforme.

« Son folk pop aux accents sixties risque d’en surprendre plus d’un »  — ELLE Québec

« un bagage musical très riche » — Gravel le matin, ICI Première

« Une étoile montante »  — Le Téléjournal, Radio-Canada

« Un album qui nous fait rêver (…) la meilleure façon de commencer septembre »  — Tempomag

« incroyablement BON! »  — Hollywood PQ

« Aliocha (Schneider) prend d’assaut la scène musicale montréalaise et on trippe fort. » — Les Petites Manies



09 août 2016
ALIOCHA LANCERA SON PREMIER EP LE 2 SEPTEMBRE

Mieux connu pour son travail d'acteur, Aliocha se développe en tant qu'auteur-compositeur depuis l'adolescence. En 2012, Jean Leloup entend ses compositions ; il décide de le prendre sous son aile et de devenir son « mentor ». Ils vont enregistrer quelques maquettes ensemble, menant à la genèse d’une association avec Audiogram.

Depuis, il perfectionne son art entre Montréal, Paris et Los Angeles, et trouve enfin la synergie parfaite avec Samy Osta (Feu! Chatterton, La Femme). Ils enregistrent un album en Suède à Göteborg ainsi que dans les studios d’Osta à Paris. Quelques-unes des chansons créées paraîtront dans un premier temps sur un EP, disponible le 2 septembre prochain.

Aliocha sera en spectacle sur le toit d’Ubisoft le 27 août prochain (sold out) !

« Une étoile montante »  — Le Téléjournal, Radio-Canada

« Aliocha patauge dans les mêmes eaux qu’Alex Turner (Arctic Monkeys) en proposant un rock juste assez suranné et accrocheur. »  — VOIR


SPECTACLES-LANCEMENT

Vendredi 2 septembre | Rouyn-Noranda (FME)
Cabaret de la dernière chance

portes 18h | prestation 19h | entrée libre !


Jeudi 8 septembre | Montréal
Fonzie
(10 Avenue des Pins, H2W 1P9)
portes 18h | prestation 19h | entrée libre !



13 juin 2016
ALIOCHA PRÉSENTE SORRY EYES

La sortie d’un premier EP d’Aliocha est prévue cet automne chez Audiogram.
D’ici là, en voici le tout premier extrait, la chanson Sorry Eyes au texte mordant et lucide, sur une musique aux arrangements inspirés du rock français actuel. Samy Osta (Feu?! Chatterton, La Femme) en signe la réalisation.

iTunes // Apple Music // Bandcamp


Show me how blooming you are now // Please give some news from paradise
Show me how free you’re feeling now // I guess that I was just a parasite
But there’s something weird about your smile // Looks like your eyes are paralyzed
If you want to make me buy that you’re so glad // You’d better have a lot of spare lies
You won’t make me cry // With your sorry eyes


Te dirais-je que je n’ai pas souffert, que je n’ai pas pleuré bien des fois dans ces tristes nuits d’auberge?? Ce serait me vanter d’être une brute, et tu ne me croirais pas. «J’ai lu certaines correspondances d’Alfred de Musset avec George Sand et cette phrase m’a beaucoup touché. C’est si vrai et simple, cette notion d’humilité et de vérité. En amour, après une rupture, je remarque que certaines personnes veulent gagner, finir vainqueur ou victorieuse. Pourtant, qu’est-ce qu’il y a à gagner? C’est ça Sorry Eyes», précise Aliocha.

Auteur, compositeur et interprète, Aliocha est jusqu’à présent mieux connu pour son travail d’acteur. Pourtant, en plus d’incarner de nombreux personnages, notamment sous l’œil des cinéastes Léa Pool (Ma mère est chez le coiffeur et La dernière fugue) ou Guy Édoin (Ville-Marie), le jeune homme a passé les dernières années à travailler ses chansons. Depuis 2012, plus précisément, année où le musicien de 18 ans fait la connaissance de Jean Leloup. Avec ce précieux mentor, il créera une première maquette qui mènera à une association avec la maison de disques Audiogram. Dès lors, Aliocha explore et recherche sa profonde identité musicale entre Montréal, Paris et Los Angeles…

Le jour où il rencontre le réalisateur français Samy Osta est à marquer d’une pierre blanche. La synergie est parfaite. Ils partent ensemble pour la Suède afin d’enregistrer au Svenska Grammofon Studio à Göteborg. Ils termineront la production dans la petite cabine d’Osta au studio Question de son à Paris.

Quelques-unes de chansons créées paraîtront dans un premier temps sur un EP, disponible le 2 septembre prochain.



LIVE

02 septembre 2017 | Montréal | Mile Ex End

20 septembre 2017 | Hambourg | Reeperbahn Festival

28 septembre 2017 | Vienne | Waves Vienna

30 septembre 2017 | Cenon (Bordeaux) | Le Rocher de Palmer (Cenon-Bordeaux)

05 octobre 2017 | Ste-Thérèse | Cabaret BMO Ste-Thérèse

06 octobre 2017 | Terrebonne | Le Moulinet

13 octobre 2017 | Laval | Annexe 3

14 octobre 2017 | Sherbrooke | Boquébière

19 octobre 2017 | Lavaltrie | Café culturel de la Chasse-Galerie

20 octobre 2017 | Sainte-Geneviève | Salle Pauline-Julien

09 novembre 2017 | Victoriaville | Cabaret Guy-Aubert

18 novembre 2017 | Berlin | Privatclub

19 novembre 2017 | Hambourg | Kleiner Donner

20 novembre 2017 | Paris | La Boule noire

21 novembre 2017 | Zürich | Neo

22 novembre 2017 | Lyon | Ninkasi Kafe

30 novembre 2017 | Drummondville | Maison des arts Desjardins

01 décembre 2017 | Gatineau | Cabaret La Basoche

18 janvier 2018 | Salaberry-De-Valleyfield | Salle Albert-Dumouchel

19 janvier 2018 | Val-Morin | Théâtre du Marais

07 février 2018 | Rimouski | Salle Desjardins-Telus

08 février 2018 | Amqui | Salle Jean-Cossette

09 février 2018 | Gaspé | Salle de Spectacles de Gaspé

22 mars 2018 | Sorel-Tracy | Salle Georges-Codling

24 mars 2018 | Val D'Or | Salle Félix-Leclerc

+

BIO

Connu tôt pour son jeu, sur les planches, puis au petit et au grand écran, le benjamin de la famille Schneider - un père homme de théâtre, une mère femme d'affaire et mannequin et une fratrie d'artistes -, s'est pourtant rêvé songwriter l'essentiel de son temps. Rencontré au hasard d'un café, c'est le fascinant et fasciné Jean Leloup qui, le premier, lui permettra l'audace de l'être. Avec lui et ses Last Assassins, Aliocha matérialisera en studio les ébauches d'un premier gravé - huit maquettes qui lui donneront aussi sa...

+